Digressions

Habitudes de lecture – digressons-un peu !

Un petit tag en passant, lié aux habitudes de lectures, et cueilli dans Le petit monde de Cally (qui nous parle aussi de ses carnets, ce que je ne peux qu’approuver *affaire à suivre*).

(ziofix)
  • Est-ce que tu as un endroit préféré chez toi pour lire ?

A plat ventre dans mon lit, indubitablement. Avec un bon soda light frais ou une tasse de thé (mais monter théière ou tasse brûlantes en mezzanine est un peu risqué). Sinon, je suis bien installée dans un fauteuil en bas avec les pieds sur un petit pouf et un plaid, en mode grand-mère… mais mon lampadaire est trop fort : j’ai trouvé la solution hier en enlevant une ampoule, la lumière me donnait mal à la tête.

  • Marque-page ou n’importe quel morceau de papier ?

J’adore les marque-pages, et j’en achète souvent en souvenir lors des expos. Mais j’ai une tendance à les perdre, les oublier dans les livres finis ou abandonnés… A défaut, dans l’urgence, j’ai parfois recours à des morceaux de papier, souvent le ticket de l’automate retour de ma bibliothèque de quartier, mais j’essaie de ne pas les garder longtemps dans le livre, de peur que l’encre transfère sur la page. Si je peux me souvenir facilement de l’endroit où j’ai arrêté (fin de chapitre), je m’en passe.

  • Est-ce que tu peux t’arrêter de lire n’importe où dans le livre ou dois-tu attendre la fin d’un chapitre ?

Je préfère évidemment m’arrêter à la fin d’un chapitre mais en fonction des obligations ou de ma concentration, qui est assez hasardeuse, je peux m’arrêter en plein milieu d’un chapitre. Souvent, je privilégie un endroit où la pause a un sens pour moi (changement de sujet)… mais je peux arrêter si je sens qu’on va s’éterniser sur un sujet donné et que je ne me sens pas prête à suivre tout le raisonnement d’une traite.

  • Est-ce tu manges ou bois quand tu lis ?

Tout le temps ! (Sauf quand je suis à la bibliothèque, mais je fais souvent des pauses pour, du coup) Thé, thé glacé, petits gâteaux, tout y passe. En revanche, manger mon repas en lisant, j’ai arrêté après quelques accidents regrettables…

  • Multi-tâches: musique ou télévision en lisant ?

Surtout pas. S’il y a de la musique, je ne peux pas m’empêcher d’écouter la musique. Idem pour la télévision ou des gens proches. En revanche, s’il n’y a pas de gens juste collés à moi et qui parlent fort, j’adore tout particulièrement lire en bibliothèque (de quartier), café, gare ou train, car la rumeur ambiante soutient mieux que tout ma concentration vacillante.

  • Un livre à la fois ou plusieurs ?

Très facilement plusieurs. Déjà parce que dans le cadre de ma thèse de littérature et de mes concours, je suis obligée de mener de front plusieurs lectures (et parfois des lectures partielles – chapitres donnés, extraits, etc.) Il y a aussi tout mon passé de licence plus de Master en Lettres où, forcément, j’ai dû lire plusieurs livres en même temps, selon les cours. J’ai plus ou moins gardé l’habitude dans mes lectures de loisirs et je papillonne beaucoup – et ne finit pas beaucoup de mes lectures loisirs pour être franche. Je ne fais que lire par obligation, alors j’ai volontairement une pratique qui cherche le plus à éviter la contrainte dans les lectures « bonus ».

  • Lire à la maison ou ailleurs ?

Les deux. Quand je suis fatiguée, je lis mieux ailleurs. Chez moi, j’ai tendance à m’échouer sur Internet et… lire, certes, mais pas des œuvres suivies en littérature. Un peu plus depuis que j’ai monté l’atelier d’écriture et que je me suis inscrite à Short Editions, mais tout de même !

  • Lis-tu à voix haute ou en silence dans ta tête ?

En silence. En outre, j’ai une lecture très visuelle : je ne prononce pas les mots, même dans ma tête.

  • Est-ce qu’il t’arrive de sauter des pages ou même de jeter un coup d’œil plus loin dans le livre ?

Quand j’ai du mal à rester accrochée à ma lecture, oui. Je saute rarement des pages dans la lecture de loisir, énormément dans mes lectures de recherche / professionnelles. Ça fait partie du jeu : impossible de lire exhaustivement toutes les ressources que j’utilise pour éditer mon auteur et l’annoter, par exemple.

  • Casser la tranche ou la garder intacte ? Est-ce que tu écris dans tes livres ?

Je mets ensemble les deux dernières questions car la réponse sera sensiblement la même. Tout dépend de quel livre il s’agit. Mes livres de poche brochés, achetés neufs, j’en ai cassé certains, ne serait-ce que par l’usage. A fortiori quand je travaille dessus : le livre devient alors une matière première qu’il s’agit de modeler. Je n’hésite pas, alors, à écrire dedans, souligner (uniquement au crayon gris, en revanche ; l’encre peut faire de graves dégâts à longs termes). De toute façon, ce ne sont pas des livres destinés à durer : le papier est trop acide et ils ne me survivront pas. En revanche, j’ai acheté aussi quelques ouvrages de valeur que j’ai appris à manier. J’ai un dispositif pour installer les livres reliés (j’ai quelques reliures demi-cuir en bon état que je souhaite préserver) sans forcer dessus. Travailler à la BnF a ses bonnes séquelles ! Je suis alors très attentive à l’état de l’ouvrage et à sa conservation ; ces acquisitions-là représentant, à mes yeux, un investissement pour le futur.

Reprendra ce tag qui veut, ces petites bestioles-là circulent… Qu’il fasse un lien par ici et se signale en commentaire s’il le souhaite, pour perpétuer la chaîne. 🙂

Publicités

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s