Le mardi sur son 31

Le mardi sur son 31 – trois pour le prix d’un

Si je n’ai pas posté de chronique de lecture ces derniers temps, c’est qu’il y a une, deux, voire trois bonnes raisons. Tout d’abord, j’ai attaqué un ouvrage d’un petit millier de pages et, forcément, ça demande du temps. Parallèlement, je me suis lancée dans une autre lecture plus courte, mais que je peine à avancer car elle m’enthousiasme bien moins que prévu. Et à côté de cela, viennent de sortir deux livres sur l’auteur sur lequel je fais ma thèse et, en furieuse quête d’inédits et de nouvelles informations, je n’ai pas pu résister et les ai commencés tout aussi vite.

Alors, pour vous donner un petit aperçu des voix si différentes, et presque contradictoires, que je découvre en ce moment, j’ai décidé de profiter du mardi sur son 31 pour vous donner à voir un extrait de la page 31 des trois livres en cours

Pour deux d’entre eux, j’ai un peu triché. L’un est un ebook, et j’ai donc artificiellement compté les pages à partir du premier chapitre. Un des autres étant accompagné d’une grande préface, j’ai compté 31 pages à partir du début du texte. Ces précautions prises… voici mes trois extraits :

Envoyee_speciale

  • Envoyée spéciale, de Jean Echenoz, aux éditions de Minuit.

Et rien ne se présente qui pourrait accélérer ce jeu sinon récupérer des chemises au pressing de la rue Legendre puis, chez le retoucheur de la rue Gounod, un pantalon vert pas mal acheté la semaine dernière en solde, deuxième démarque, on ne résiste pas à la deuxième démarque. C’est fort peu, certes, mais cela peut ter un bon moment en procédant avec méthode.

Je dois avouer que je suis en train de passer à côté de ce livre. Je me suis arrêtée plusieurs fois, au cours de ma lecture, étonnée, pour aller lire en détail les critiques dithyrambiques que je trouve partout. Je comprends, je trouve même parfois la veine parodique tant vantée ça et là, mais rien, le ton, bien que léger, n’opère pas sur moi et, pour l’instant, je ne vois qu’une guirlande de personnages de carton-pâte, faisant des bêtises pour me faire rire lorsque je les trouve seulement stupides. J’essaie vraiment de m’accrocher, car j’aimerais parvenir au bout de ce livre et comprendre ce qui a tant plus chez lui mais, pour l’instant, c’est un échec.

9791090724990_LD.jpg

  • La Maison dans laquelle de Maryam Petrosyan, aux éditions Toussaint Louverture.

Chacal Tabaqui m’avait appelé « petit », pourtant lui-même ne paraissait pas avoir plus de quatorze ans. Mais de loin seulement, car de près, on aurait pu lui en donner trente. Il portait trois vestes dépareillées les unes sur les autres, par-dessus des t-shirts de couleurs différentes – un vert, un rose, un bleu, – mais rien de tout cela ne parvenait à dissimuler sa maigreur. Ses vestes étaient pourvues de plusieurs poches, toutes bien garnies. Et autour de son cou pendaient quantité de colliers, insignes, amulettes, pochettes, épingles et autres clochettes, le tout affreusement usé et d’une propreté douteuse. A côté de lui, vêtu d’une simple chemise blanche et d’un jean bleu, la tenue de Lord semblait presque banale. Et bien trop propre.

Pourquoi du veux du Chemin Lunaire ? me demanda-t-il.

C’est un passage très représentatif de l’univers à la fois fantaisiste et cruel de La Maison dans laquelle, qui sort bientôt et que je suis en train de lire avec un grand plaisir. A la fois métaphore filée du passage à l’âge adulte et aventure adolescente dans une maison un peu étrange à laquelle Poudlard n’aurait rien à envier, le roman de Maryam Petrosyan est une curiosité dont on décroche…  très difficilement.

9782841005895

  • Journal intime 1894-1895 de Jean de Tinan, édition de Jean-Paul Goujon, aux éditions Bartillat.

Las – je sais trop maintenant qu’elle n’est pas celle que j’ai rêvée – il y a des taches de boue partout , j’ai sali, saccagé tout pour m’échapper – maintenant tout est sale et saccagé, et je suis prisonnier comme avant.

J’ai constaté que ma prison était laide – ne valait-il pas mieux me la figurer un palais !

Juste le plaisir de lire des mots nouveaux d’un des auteurs qui nous est le plus cher. Ce livre ne sera sans doute pas chroniqué sur le blog, puisque c’est surtout un document de travail inestimable pour la thèse, mais tout de même, je suis effrayée tout autant que ravie devant un tel pavé jusque là inédit.

Si je chroniquerai certainement le deuxième livre de cette liste, demeure un gros point d’interrogation pour le premier. Je prends tous les encouragements à continuer disponibles… et dans tous les cas, je vous dis à très bientôt !

Publicités

6 réflexions au sujet de « Le mardi sur son 31 – trois pour le prix d’un »

  1. J’avoue faire partie de ceux qui ont été charmés (encore une fois) par Echenoz ! Quand à La maison dans laquelle, j’ai hâte de m’y plonger (même si mon compte en banque fait grise mine… Ca attendra peut-être le mois prochain).

    J'aime

    1. Peut-être que je n’ai pas commencé par le bon, aussi ? C’est bizarre, en plus, car j’ai vu plusieurs fois Echenoz comparé à Chevillard, et j’aime beaucoup Chevillard… Non, vraiment, il faut que je dénoue ce mystère, et que je comprenne ce que je manque dans cette lecture !

      J'aime

      1. Ils ont quelques points communs (l’humour surtout) mais je n’irais pas jusqu’à les mettre dans le même panier… Ce sont deux auteurs que j’adore, cependant !
        Si jamais tu veux retenter du Echenoz, je te conseille Des Eclairs (sur la vie de Nikola Tesla) qui est un bouquin magnifique !

        J'aime

      1. Je viens tout juste de le terminer (merci à mon coiffeur et au temps de pose de ma coloration :D). Je me suis précipitée pour lire ton billet, et j’ai l’impression d’y avoir trouvé des pistes expliquant pourquoi je n’avais pas tant aimé que ça… J’hésite à écrire quelque chose ou laisser cette lecture sombrer dans l’oubli, quitte à retenter ma chance avec l’auteur sur un autre titre – celui dont tu parles, peut-être ?

        J'aime

Laisser un commentaire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s