Ateliers d'écriture·Ecritures·Les z'envolés

Atelier d’écriture n°10 : Commentaire croisé

J’ai posté ci-dessous les dix propositions pour le dernier atelier d’écriture. Il restait cependant la nécessaire mise en regard des différents textes. Rappelons simplement la citation qui nous a servi de point de départ, pour commencer :

Quant aux voyageurs, nous les abandonnerons, d’ailleurs il ne sont plus nulle part, ils roulent, ils sont suspendus et transitoires. (Félix Vallotton)

2015-12-Life-of-Pix-free-stock-photos-subway-girl-reflection-macnicolae
Mac Nicolae, Life of Pics

J’ai cherché, pour illustrer cet article, une photographie prise avec longue exposition. Elle aurait représenté une rue, avec des gens qui passent, qui font leur vie de gens. Procédé oblige, ils apparaîtraient comme un flux, une marée, et non comme des individualités qui se détachent. C’est, déjà en soi, une forme de commentaire.

Il y avait plusieurs angles possibles pour attaquer cette citation. Le premier thème convoqué, le plus évident, était celui du voyage. Le deuxième élément, celui qui donnait à la citation toute sa particularité, était ce mystérieux suspendus et transitoires, qui a été interprété de plusieurs façons différentes.

Poursuivre la lecture de « Atelier d’écriture n°10 : Commentaire croisé »

Ateliers d'écriture·Ecritures·Les z'envolés

[Atelier n°10] Lignes de fuite, les textes !

Pour ce dixième atelier, il s’agissait de s’inspirer d’une phrase de Vallotton : « Quant aux voyageurs, nous les abandonnerons, d’ailleurs il ne sont plus nulle part, ils roulent, ils sont suspendus et transitoires. » Certains ont mis l’accent sur le voyage, d’autre sur l’aspect éphémère… Histoires, chroniques ou simples petites observations de vie : en tout, 10 textes ont été proposés suivant la consigne. Bravo aux participants ! Je vous propose dès aujourd’hui de les découvrir, en attendant le commentaire croisé que je vous prépare entre deux averses ! 😉

~ * ~

 

9273_m_felix_vallotton

Poursuivre la lecture de « [Atelier n°10] Lignes de fuite, les textes ! »

Ateliers d'écriture·Les z'envolés

[Atelier d’écriture n°10] Lignes de fuite

Lors de la précédente session, je vous avais invités à travailler à partir de l’oeuvre d’un peintre pour produire un texte. Je glisse un peu vers autre chose, mais pas tant que cela, finalement, puisque je vous invite pour ce dixième atelier à écrire à partir d’une phrase signée Félix Vallotton, peintre, graveur et romancier, dont je viens de lire le premier roman.

On retourne donc à une consigne très simple. Ecrivez un texte inspiré par la phrase suivante :

Quant aux voyageurs, nous les abandonnerons, d’ailleurs il ne sont plus nulle part, ils roulent, ils sont suspendus et transitoires.

La phrase pourra ou non figurer dans le texte final. Nul besoin de rattacher au roman de Vallotton, à ce qu’il raconte : le but est de développer son propre univers.

Comme je suis très occupée par la thèse et que se profilent les 24 de la nouvelle le week-end prochain, je vous propose de nous donner rendez-vous le 25 mai. Les modalités de participation à l’atelier sont toujours ici, je suis là si vous avez des questions, et M. Vallotton et moi vous souhaitons, pour cette session, un très agréable voyage. 😉

21106526625_c05ef8c33c_o.jpg
Félix Vallotton, Le Pont-neuf
Ateliers d'écriture·Les z'envolés

[Atelier d’écriture n°9] De la peinture à l’écriture… commentaire croisé.

Lire les textes de l’atelier

1558856_3_1b54_gustave-courbet-nu-couche-1866-huile-sur
Peinture de Courbet choisie par J. Eyme

Je voudrais commencer ce commentaire en rendant à César ce qui est à César. Je n’ai pas totalement inventé le sujet de cette session ; en effet, j’ai tiré la consigne d’un livre qui m’a été très utile lorsque j’ai décidé de me lancer dans l’aventure des ateliers : Ecrire et faire écrire, Manuel pratique d’écriture d’Eva Kaplan, aux éditions De Boeck-Duculot. Dans une présentation très intéressante du travail d’atelier et de ses différents objectifs, l’auteur s’arrête sur les matériaux qui vont nourrir l’imaginaire des participants, et lorsqu’elle parle des images, elle propose en exemple un sujet très proche de celui que je vous ai présentés. Outre que le choix des tableaux était restreint et que je vous ai laissés choisir librement votre inspiration, j’ai très légèrement reformulé et ajouté quelques petites indications. Je souhaitais que la clé de la consigne réside dans le travail du style : je ne voulais pas proposer un simple exercice de description, mais plutôt pousser chacun à tordre un peu son style et ses habitudes d’écriture.

Représenter la peinture par les mots.

van_mangeurs_s.jpg
Van Gogh, Les Mangeurs de pommes de terre

La première chose qui frappe lorsqu’on découvre les texte, c’est, tout simplement, la variété des formes choisies. Est-ce étonnant, pourtant, sachant que les tableaux choisis sont très différents les uns des autres ? Si l’on en croit nos choix, il y aurait donc des peintres-poètes et des peintres-prosateurs. Voyons cela de plus près.

Poursuivre la lecture de « [Atelier d’écriture n°9] De la peinture à l’écriture… commentaire croisé. »

Ateliers d'écriture·Les z'envolés

Les Z’envolés, atelier d’écriture n°9 : de la peinture à l’écriture

Et si on corsait un peu les choses, pour cet atelier-ci ? Pour ce nouveau sujet d’atelier, je vous demande de choisir d’abord une peinture que vous aimez – ou, au contraire, que vous détestez, si ça vous amuse. Un tableau qui vous semble fort, qui vous inspire. Observez bien le style du peintre, sa patte (autant qu’on peut l’observer sur une reproduction, s’entend). Si vous en avez l’occasion, promenez-vous dans le musée d’à côté de chez vous, car peu importe que la peinture soit connue ou non. Ancienne ou contemporaine, classique, impressionniste ou encore conceptuelle, il faut simplement que cette peinture vous parle.

hubert-robert.-ruines-de-nimes-1760-90-

C’est fait ? Vous avez choisi ? Place maintenant à la consigne :

Poursuivre la lecture de « Les Z’envolés, atelier d’écriture n°9 : de la peinture à l’écriture »