1% Rentrée littéraire 2015·Challenge ABC 2016·Challenges de lectures·Lectures

[C] Archives du vent de Pierre Cendors [1% Rentrée littéraire 2015]

Archives du vent

Expliquer en quoi Archives du vent est selon moi un très bon livre est singulièrement difficile. J’ai l’impression que c’est un peu le genre de roman qui te piège dans son propre univers, ses propres références, sa propre logique… avant de te le laisser sortir un peu hébété, ravi mais pas forcément capable de lui rendre justice… Tu es alors sorti de son système de référence, des repères qu’il a savamment posés un à un, et si tu as le malheur de sortir certains de ses préceptes hors contextes, ils n’ont plus l’air de rien, alors que placés où ils étaient, dits de cette façon, ils décoiffaient. Je vais essayer tout de même, parce que bon, sinon, il n’y aurait pas de chronique, et ce serait dommage que je passe des heures à vous parler des livres qui ne m’ont pas totalement convaincue pour ne pas poster sur ceux qui m’ont vraiment emportée comme jamais… Mais sachez-le, c’est bien plus difficile !

Poursuivre la lecture de « [C] Archives du vent de Pierre Cendors [1% Rentrée littéraire 2015] »

1% Rentrée littéraire 2015·Challenge ABC 2016·Challenges de lectures·Lectures

[A] Titus n’aimait pas Bérénice de Nathalie Azoulai

arton477

 

J’ai longuement hésité sur la façon dont j’allais écrire cette chronique. Parce qu’il y a sans doute plein de bonnes raisons pour apprécier ce livre. Mais d’une certaine façon – et je ne cerne pas bien pourquoi – j’ai l’impression qu’on m’entourloupe.

En fait, ça commence dès le sujet du livre. Le roman débute en ces termes (la quatrième de couverture renchérit) : Bérénice est une femme d’aujourd’hui, elle est la maîtresse de Titus et Titus la quitte. Brisée, bouleversée, elle se met à lire Racine. Et puis des livres sur Racine, tant qu’à faire. Elle veut à tout prix comprendre comment un janséniste, courtisan, homme de lettres, est parvenu à écrire l’amour de cette façon-là. Ce sera son processus de guérison à elle.

Beaucoup de blogueurs et de Babelionautes ont souligné avant moi le grand décalage qui existe entre ce que le livre annonce à son début et ce qu’il offre réellement. Nos Titus et Bérénice modernes n’apparaissent que très peu au cours du roman : trois passages, au début, au milieu et à la fin du roman. Soit 27 pages sur 315. Est-ce vraiment un problème, me demanderez-vous ? Après tout, l’histoire de Racine, c’est un sujet intéressant…  Oui, mais quelque chose gêne aux entournures dans ce choix de mise en place. Fallait-il, pour nous vendre une biographie romancée de Racine, absolument nous la présenter comme actuelle et devant répondre à nos interrogations contemporaines sur l’amour ? La Bérénice moderne créée par Nathalie Azoulai ne serait-elle qu’un prétexte ?

Poursuivre la lecture de « [A] Titus n’aimait pas Bérénice de Nathalie Azoulai »

1% Rentrée littéraire 2015·Challenges de lectures·Lectures

D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds de Jon Kalman Stefansson

Il m’a été difficile de lire et d’écrire en ces temps troublés. J’avais parfois l’impression que les mots avaient perdu leur impact, tandis que le lendemain ils me semblaient trop durs, abrupts, difficiles à manier. J’ai mis le temps.

Par chance, j’avais reçu par le programme Masse critique de Babelio un roman islandais. Et j’ai eu beau repousser, l’issue arrive, et il est temps de rendre sa copie.

stefansson

Poursuivre la lecture de « D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds de Jon Kalman Stefansson »

1% Rentrée littéraire 2015·Lectures

Courrier des tranchées de Stefan Brijs [1% Rentrée littéraire]

eho_brijs2c-252x368

Est-ce le sujet, qui ne pouvait que me plaire ? La couverture, qui accroche tout particulièrement l’œil ? Toujours est-il qu’après une lecture pas vraiment convaincue de Lignes brisées d’Harold Cobert, j’ai décidé de retenter ma chance avec les éditions Héloïse d’Ormesson et que j’ai craqué pour Courrier des tranchées. Le livre est épais, mais les caractères sont assez grands et espacés, ce qui, nonobstant la raideur du dos que j’ai été obligée de « casser » un peu, donne un livre qu’il est confortable de lire. C’est assez rare pour être noté.

Poursuivre la lecture de « Courrier des tranchées de Stefan Brijs [1% Rentrée littéraire] »

1% Rentrée littéraire 2015·Lectures

Au café du rendez-vous d’Ingrid Winterbach

51yjQ-c5YgL._SX339_BO1,204,203,200_

Au café du rendez-vous ne semble pas, à première vue, être le livre le plus désigné pour cet automne. Dès les premières lignes, l’auteur nous plonge dans la chaleur écrasante du veld d’Afrique du Sud. Et pourtant, c’est bien une histoire de monde à son crépuscule que nous conte Ingrid Winterbach, à travers les yeux de Karolina, entomologiste venue à Voorspoed pour y observer des insectes rares. Mais en terme d’insectes, ce sont surtout les hommes qu’elle contemple avec un curieux détachement, au fil de ses journées qui se ressemblent toutes.

Poursuivre la lecture de « Au café du rendez-vous d’Ingrid Winterbach »