Challenge 14-18 2017·Challenges de lectures·Lectures

Les Forêts de Ravel de Michel Bernard

couverture ravel

Lorsqu’on lit beaucoup, a fortiori avec une posture analytique, il est difficile de ne pas finir un peu désabusé. Je n’aime pas ce sentiment lorsqu’il me vient, parce que j’ai l’impression de ne plus réussir à voir ce qui fait le sel d’un roman par rapport à un autre. Les Forêts de Ravel, par exemple, n’a pas vraiment de défaut majeur. C’est bien écrit, il y a de très belles pages, mais j’ai dû me forcer un peu pour le terminer et je n’en garde pas un souvenir impérissable.

Lorsque la première Guerre Mondiale éclate, le musicien Maurice Ravel a quarante-et-un ans. Réformé lors du service militaire pour une constitution trop fragile, il tente par tous les moyens de s’engager et finit conducteur de camions puis ambulancier près de Verdun. La suite du roman raconte l’installation de l’artiste à Montfort-l’Amaury et les échos de la guerre dans une vie rangée, au service de la musique.

Peut-être suis-je trop aventureuse avec les romans biographiques. Je vais régulièrement vers eux, et pourtant, c’est très rare que j’aime vraiment ça. L’autofiction m’inspire une relative méfiance (que je surpasse quand c’est du Annie Ernaux), et l’exofiction aussi. Et pourtant, j’y retourne. J’aime bien ronchonner, peut-être. Ou je rêve d’être surprise, comme je l’avais été avec Phrères de Claire Barré, peut-être…

Lire la suite « Les Forêts de Ravel de Michel Bernard »

Publicités
Challenge 14-18 2017·Challenges de lectures

Challenge Première Guerre Mondiale 2018

2018, c’est la dernière année centenaire de la Grande Guerre. C’est donc le moment ou jamais pour m’inscrire au challenge organisé par Vivrelivre. Il y a plusieurs raisons à cela : d’une part, c’est une période qui me fascine. Littéralement. D’autre part, le challenge n’est pas très contraignant puisqu’il suffit d’écrire au moins un article traitant de cette période.

ob_316723_logo-chall-1e-gm-2018-vivrelivre

Je ne sais pas encore ce que je vais (re ?)lire et chroniquer pour l’occasion, mais je sens que je vais avoir l’embarras du choix.

C’est d’ailleurs un sujet qui m’a inspirée à plusieurs reprises , car j’ai écrit au moins trois textes qui lui sont déjà consacrés. Les trois se concentrent sur le conflit vécu par une femme de l’arrière, et sur les conséquences de la guerre sur son quotidien. Je me permets de vous les partager en guise d’introduction au challenge :

  • Un Paris de carte postale, sur la situation à l’arrière aux premiers mois de la guerre.
  • La Citadelle des fragments : l’après vu à l’échelle d’un couple.
  • Enfin, ma nouvelle L’Apprentie sorcière publiée sur Le Grimoire du faune, s’intéresse à la question du deuil des combattants jamais revenus du front. (Le lien mène au pdf du Grimoire du Faune). 

Et je ne résiste pas à l’envie de vous quitter sur cette chanson. Quelle meilleure introduction au thème qui va nous occuper ? 😉

Récapitulatif des articles consacrés au challenge